12 Octobre 2022
Candidats courtisés, comment bien gérer votre attractivité ?
« Beaucoup de gens confondent relation professionnelle et relation amoureuse »

Comment un candidat très courtisé doit-il gérer son attractivité ? À quel moment est-il pertinent « d’aller voir ailleurs » ? Réponses croisées de Damien Créquer, associé dirigeant du cabinet de conseil en recrutement Taste et de Léa Mouratille, consultante sourcing chez Taste.

Des cadres plus difficiles à recruter que jamais. Selon une récente étude de l’APEC, 84 % des entreprises craignent de ne pas arriver à attirer les talents dont elles ont besoin au troisième trimestre 2022. Les fonctions commerciales et les nouveaux métiers du numériques sont particulièrement recherchés. Pour les candidats les plus courtisés, cette forte demande est une chance, qu’il ne faut pas gâcher.


Pourquoi certains profils sont-ils sur-sollicités ?


Damien Créquer : Nous sommes dans un contexte où, pour certains métiers, la demande est bien supérieure à l’offre. Ce n’est pas le cas partout ni pour tous les profils, mais la situation est assez inédite puisque cette tension concerne davantage de spécialités qu’il y a quelques années. Elle est notamment criante dans le marketing digital, les ressources humaines, les métiers des travaux publics, du bâtiment… Les entreprises ont plus que jamais besoin de compétences rares pour les aider à soutenir leur croissance ou leur transformation. Or, beaucoup s’aperçoivent qu’elles parviennent moins bien qu’avant à retenir et surtout à attirer les talents.

Pour un candidat, est-il pertinent de consulter toutes les sollicitations qui lui parviennent ?


Léa Mouratille : Nous leur recommandons de prendre le temps d’étudier chaque demande reçue, avant de se lancer dans un grand ménage de leur boîte mail. Chaque relation, chaque requête professionnelle, peut en effet se révéler bénéfique. En tant que recruteurs, nous apprécions fortement lorsqu’un candidat répond (même par la négative) à notre sollicitation, puisque cela nous permet de créer du lien. Ne pas le faire, c’est sous-estimer les dynamiques de relation ainsi que les trajectoires professionnelles des recruteurs. En clair : le monde est petit, et les candidats ont de fortes chances d’être amené à recroiser plus tard au cours de leur carrière quelqu’un qu’ils auraient « snobé ».

Peut-il être néfaste de recevoir trop de sollicitations ?


D.C. : Oui, car le fait d’être trop sollicité peut créer un biais important pour le candidat. À force de passer du temps à trier les offres, de se contenter d’attendre « la bonne », il risque de devenir passif au lieu de se poser les bonnes questions. Que cherche-t-il au fond ? Il ne doit pas faire l’impasse sur son projet professionnel « de cœur », là où il voudrait vraiment se diriger. Beaucoup de gens confondent relation professionnelle et relation amoureuse. Ce n’est pas parce qu’un candidat est en poste qu’il ne doit, ni ne peut, rencontrer d’autres professionnels, ce n’est pas de l’infidélité !


Comment bien trier les multiples demandes ?


L.M. : En se référant justement à ce projet de cœur. Il importe d’évaluer chacune d’elle en fonction de ce qu’elle peut apporter à sa trajectoire professionnelle. Et, comme aux échecs, d’essayer d’anticiper les coups d’après. Il ne faut négliger aucun contact bénéfique à son évolution professionnelle. Si vous estimez manquer de temps ou de disponibilité intellectuelle, pourquoi ne pas envoyer un message indiquant votre faible « bande passante » actuelle et proposer une nouvelle prise de contact dans quelques semaines ou mois ? Souvenez-vous qu’il est fondamental de ne pas insulter l’avenir : tout laisse des traces, tant positives que négatives ! Le capital relationnel est précieux. Il faut le choyer, car nous sommes tous interdépendants.


---

Une sollicitation ne cadre pas avec votre projet professionnel ? Ces quelques lignes suffisent pour bien y répondre :

« Bonjour Madame/Monsieur,

Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon profil. Je ne suis pas à l’écoute du marché actuellement, mais je vous propose de rester en contact. »

Si vous le souhaitez, et pour favoriser l’échange, n’hésitez pas à demander au recruteur si vous pouvez l’aider en partageant son offre sur les réseaux.

Actualités
Vous aimerez
aussi
Toutes les actualités  
Comment rédiger un bon CV ?
Lire la suite  
Ne laissez plus les « Facebookers » polluer votre fil LinkedIn !
Lire la suite  
Comment construire des équipes complémentaires ?
Lire la suite  

La newsletter

OK