17 Février 2022
Ce que regardent les chasseurs de têtes sur LinkedIn
Comment les recruteurs utilisent-ils le premier réseau social professionnel pour repérer le candidat idéal ? Qu’attendent-ils d’un profil et comment améliorer le sien ? Les réponses de deux Talent Acquisition Manager chez Taste : Victoria Sellier, spécialiste des secteurs du retail et du marketing, et Karla Mouton, spécialiste des Ressources Humaines.


Pourquoi LinkedIn est-il devenu l’un de vos outils de chasse favori ?


Karla Mouton : Parce qu’il est simple, intuitif et surtout exhaustif ! La France représente le deuxième marché en Europe pour LinkedIn. En mai 2021 il comptait plus de 23 millions de membres dans l’hexagone, dont 11,5 millions d’utilisateurs actifs.
Ce réseau est aussi celui qui regroupe le plus grand nombre de cadres. C’est précieux pour un cabinet comme Taste, qui cible des cadres experts. Selon le Baromètre Social Selling 2020, 85% des décideurs B2B (cadres de directions TPE, PME, ETI et grandes entreprises) y ont leur profil professionnel. Et contrairement aux CVthèques classiques, on croise tout le monde sur LinkedIn, pas seulement des gens à l’écoute du marché.
Ce réseau est également un excellent moyen de s’informer sur les entreprises, leur marque employeur, leurs équipes, leur visibilité et leur attractivité. Enfin, comme nous étudions des milliers de profils chaque année, LinkedIn contribue à nous fournir les clés de lectures des tendances de la transformation et de l’évolution des métiers.
 

Quelle méthode utilisez-vous pour identifier des profils précis ?


Victoria Sellier : À vrai dire nous en combinons plusieurs. La première consiste à repérer des entreprises cibles pour aller directement contacter, au sein de leurs organigrammes, des personnes susceptibles de nous intéresser. Nous utilisons également beaucoup de mots clés sur le site, ce qu’on appelle des « opérateurs booléens. Après avoir défini des filtres (type de secteur, spécialité, etc.) nous ajoutons ces mots clés afin d’affiner la requête. La troisième méthode porte le nom étonnant de « grenouillage ». Lorsque nous regardons un profil intéressant, le site en recommande d’autres qui lui sont liés, sur la droite de l’écran. Ne reste plus qu’à suivre ces nouvelles pistes. Et puis, nous pouvons aussi nous rendre sur le profil d’une « star », une personne qui serait le candidat idéal pour nous, et nous étudions son réseau pour identifier de nouveaux visages
Chacune de ces méthodes connaît ses limites. L’algorithme de LinkedIn se révèle un frein puissant à la recherche de profils très spécifiques. C’est pourquoi le fait, pour un candidat, d’y renseigner de façon détaillée ses expériences s’avère très utile pour nous.
 

Lorsque vous examinez un profil, sur quoi se porte votre attention en premier ?


K.M : Nous devons comprendre en quelques secondes s’il est en adéquation avec le poste pour lequel nous sommes missionnés. Nous examinons donc son expérience professionnelle, les compétences listées, la présence de mots clés fondamentaux et nous évaluons si nécessaire la façon dont ces expériences professionnelles sont rédigées ainsi que les quelques lignes de présentation générale. Nous tentons ensuite de déduire du temps moyen passé à chacun de ses postes si la personne a des chances d’être « à l’écoute du marché ». Encore une fois, plus le profil est riche, plus les missions et les expertises sont expliquées, et plus cela nous aide.


L’activité du candidat sur LinkedIn, le nombre et la nature de ses publications, sont-ils des critères importants pour vous ?


V.S : Pas vraiment, nous n’y prêtons pas forcément attention. En revanche ce critère est important pour l’algorithme, qui met en avant les profils les plus actifs et les rend plus visibles. Dans une stratégie de « personal branding », il s’agit d’un atout fondamental et nous encourageons donc les candidats à se montrer réguliers en la matière.


Quatre conseils pour se faire repérer des recruteurs sur LinkedIn :



  • Choisissez les bons mots clés dans votre profil. LinkedIn fonctionne, comme Google, grâce à un algorithme de référencement. Plus un mot clé sera répété, plus le contenu figurera en tête des résultats correspondants dans le moteur de recherche.
  • Détaillez toutes vos expériences professionnelles. Nous vous conseillons de les décrire de façon synthétique mais claire. Insistez sur les faits marquants, le contexte et les résultats obtenus.
  • Augmentez le nombre de vos relations. Prenez l’habitude d’ajouter systématiquement vos rencontres dans la vie réelle à vos contacts, en veillant à bâtir un réseau de qualité : c’est toujours un point positif pour un recruteur.
  • Peaufinez votre profil. L’orthographe doit être parfaite. Utilisez une photo de bonne qualité, une image de couverture correspondant à votre entreprise ou à votre poste et veillez à bien renseigner votre expérience la plus récente car elle apparaît en haut de page.

Petit plus : prenez toujours le temps de répondre à un recruteur ! Même si vous n’êtes pas intéressé par la proposition qui vous est faite, vous pourriez bien être recontacté un jour avec une offre en cohérence avec votre projet.
Et si vous conservez délibérément une page LinkedIn un peu vague pour ne pas être sollicité à tort et à travers, sachez que cette discrétion ne vous sert pas. Plus un profil est complet, plus un recruteur peut évaluer son adéquation avec l’objet de sa mission et cibler précisément ses demandes de contacts.


Actualités
Vous aimerez
aussi
Toutes les actualités  
« Dans la cybersécurité aussi, les soft-skills font la différence »
Lire la suite  
Taste souffle ses 18 bougies !
Lire la suite  
Candidats, nouez des relations de long terme avec les chasseurs de têtes !
Lire la suite  

La newsletter

OK