Blog

15 février 2021

Comment mener un entretien à distance ?

Une interview croisée d’Alexandre Groux, associé du cabinet Taste et d’Eléonore Manchon, consultante experte en marketing et communication chez Taste.


Qu’est-ce qui a changé dans votre façon de mener un entretien d’embauche ?


Alexandre : De manière naturelle, la durée des entretiens s’est allongée. À distance, ils démarrent plus lentement avec un temps d’introduction plus long. Les entretiens au début du confinement étaient plus formels, on observait une forme de malaise du candidat, mais ils se sont habitués et maîtrisent désormais cette nouvelle pratique. Celle-ci et le contexte que nous traversons nous demandent d’avoir une écoute encore plus active. Il est également plus compliqué d’évaluer les personnalités par l’intermédiaire d’un écran. Cela nécessite pour le candidat de soigner son introduction pour engager son recruteur. 


Est-ce que cette forme d’entretien vous semble aussi efficace ?


Eléonore : Les entretiens à distance sont aussi pertinents que ceux réalisés en tête-à-tête à condition de bien les préparer. C’est vrai aussi bien pour le candidat que pour le recruteur. Pour ce faire, nous avons systématisé chez Taste l’utilisation des tests Assessfirst. Ceux-ci nous permettent de mieux évaluer le type de personnalité et les soft skills du candidat en amont de l’entretien. Ainsi, nous tirons un maximum d’avantages de ce moment d’échange puisque nous savons comment orienter les questions. Cet outil nous permet de palier la barrière du digital en proposant une expérience de recrutement différente à nos candidats. 


Quels sont les outils utilisés et comment avez-vous fait évoluer votre pratique ?


Alexandre : Zoom nous offre une connexion plus stable, mais Teams est plus sécurisé et rassure davantage les candidats. L’important pour nous est d’être capable de partager notre écran pour présenter les résultats d’Assessfirst par exemple. Ces outils digitaux sont vraiment rentrés dans nos habitudes et font partie intégrante de notre palette d’outils. Malheureusement, ils ont leurs limites, ils nous demandent une plus grande flexibilité notamment à cause des bugs techniques, des problèmes de mise à jour ou encore de l’effet yo-yo du regard entre la caméra et l’écran. 


Quels conseils donneriez-vous aux recruteurs pour réussir un entretien à distance ?


a- Mettre à l’aise le candidat


Eléonore : Rassurer le candidat est fondamental. Pour cela, je prends un petit temps informel avant de poser le cadre de l’entretien, par exemple pour savoir comment le candidat va. Cela me permet de détendre le candidat et d’introduire l’entretien avec plus de légèreté. Avec ce type de questions, certains candidats vont naturellement s’aventurer sur des terrains personnels tandis que d’autres vont rester dans un cadre plus professionnel. Dans tous les cas, développer son empathie est important, surtout dans le contexte actuel. 


b- Questionner davantage


Alexandre : Je conseillerais de creuser davantage l’échange, car l’entretien à distance est moins interactif que l’entretien physique. Il est donc important que le recruteur rehausse son niveau de questionnement et d’écoute, approfondisse l’échange, aille chercher un niveau de détail plus poussé. 


c- Soigner la fin


Eléonore : La fin d’un entretien à distance s’avère plus longue qu’en physique ou au téléphone puisqu’il y a une hésitation sur la personne qui doit raccrocher la première. Nous devons donc accompagner le candidat dans sa prise de parole tout au long de l’entretien pour bien guider la conclusion parce que la fin peut paraître abrupte pour certains, il faut donc la soigner. 

 



La newsletter