Blog

12 novembre 2020

Misez sur vos soft skills !

Vous vous souvenez des fameux 5 fruits et légumes par jour ? On a eu beau essayer de ne pas écouter, de continuer à vouloir manger des frites et du Nutella, on a fini par changer, parce que c’est mauvais pour la santé. 

Les soft skills c’est la même chose. C’était si facile de ne juger que les CV. Avouez que c’était confortable de ne parler que de hard skills ou d’années d’expérience. Mais bon, force est de constater que c’est mauvais pour la société, alors là aussi on a fini par changer.  

Et c’est allé très vite. Aujourd’hui vous ne trouverez plus un seul recruteur qui n’évoque pas ce point en entretien. Les softskills deviennent un élément incontournable de tous les process de recrutement. 
Par conséquent il est indispensable de vous en emparer
Et pour cela, encore faut-il bien les définir (I), comprendre comment les détecter (II), pour enfin parfaitement les maîtriser (III). 

Car une chose est sûre aujourd’hui : si vous maîtrisez vos soft skills, vous maîtriserez vos entretiens

I/ Qu’est-ce qu’un soft skill ?


Vous avez déjà tapé soft skill dans google traduction ? Essayez, vous comprendrez tout de suite pourquoi on le dit toujours en anglais. 

Pour faire simple, on distingue vos compétences techniques voire administratives d’un côté, ce que vous avez appris à faire au cours de vos expériences… 

  • Gestion d’un P&L 
  • Maitrise STD (Simulation Thermique Dynamique) 
  • Anglais courant 
… et vos compétences générales (ça y est, je l’ai traduit) de l’autre, c’est à dire une combinaison de compétences sociales, de caractéristiques professionnelles ou encore de comportements privilégiés. 

  • Capacité de synthèse 
  • Façon de communiquer (spontanée, diplomate, positive…) 
  • Gestion du stress 
  • etc… 

Il n’existe pas encore de liste universelle regroupant tous les soft skills. La plupart des articles/études à ce sujet en recensent entre 20 et 50, avec des déclinaisons pour chacun d’eux. Ces classements sont difficilement exhaustifs, car recoupant des catégories très vastes. 

En revanche, ceux sur lesquels vous serez régulièrement interrogés en entretien sont ceux concernant vos caractéristiques professionnelles (career attributes) et que vous retrouverez dans la plupart des tests psychométriques, ou tests de personnalité que vous serez amenés à passer. 

(Et NON, “Smart”, “Malin” et “Dynamique” n’en sont PAS, voire même peuvent constituer des critères discriminants) 

II/ Comment identifier ses soft skills ? Les tests de personnalité


Vous en avez surement déjà passés, en quelques années ces tests de personnalité se sont multipliés. Ainsi on a pu vous dire que vous étiez plutôt Rouge ou plutôt Bleu ; plutôt I ou plutôt E… 
J’attends le jour où on nous demandera en entretien si on est bon sur Yuka ? Rassurez-vous, nous n’en sommes pas encore là ;) 

Comme toute chose, ces tests doivent être lus avec du recul, mais une chose est sûre, rien n’est plus rapide et efficace pour identifier rapidement vos soft skills. 
Toute la complexité réside dans leur compréhension. En effet, leur lecture est rarement intuitive, ou alors trop rapide, et les risques de contre-sens sont légions si vous n’y avez pas été formé. 

Il est donc particulièrement important que vous demandiez systématiquement à être débriefé ! Mais c’est malheureusement une pratique encore très peu répandue chez les recruteurs. 
C’est pourquoi chez TASTE on vous incite fortement à prendre les devants et à vous prêter au jeu en amont de vos entretiens. 

Pour la partie tests de personnalité, nous utilisons ASSESSFIRST, ce qui nous permet de croiser plusieurs dimensions : 
  • Vos caractéristiques professionnelles, c’est à dire vos comportements privilégiés en entreprise. 
  • Vos motivations, c’est à dire ce pour quoi vous vous levez le matin, et qui va agir comme un coefficient multiplicateur de vos caractéristiques (Si vous êtes excellent dans un domaine que vous adorez, vous allez rayonner, alors que si vous êtes excellent dans un domaine que vous détestez, vos capacités seront réduites ou vous vous épuiserez rapidement, etc.) 
  • Vos facultés d’adaptation et vos comportements sous stress/face à l’obstacle 
A ce stade, vous vous demandez surement “Mais pour quoi faire ?” 
La réponse est double. 

  1. C’est grâce à ce croisement que nous pourrons révéler ensemble quels sont les métiers, les secteurs, voire même les entreprises qui seront le plus à même de vous faire rayonner, c’est à dire vous épanouir personnellement tout en étant performant professionnellement ! 
  2. Afin de maîtriser vos entretiens bien sûr ! 

III/ Maîtriser ses soft skills pour maîtriser ses entretiens


L’entretien, c’est une pièce de théâtre. Pas une tragédie grecque, plutôt un concours d’improvisation ! D’ailleurs après les concours de cuisine télévisés, les concours de mode télévisés, les concours de danse télévisés, la prochaine émission à succès pourrait être un concours d’entretien. Avec des candidats surentraînés, des techniques secrètes, un jury haut en couleur. Je m’y vois déjà (et ne me dites pas que Trump l’a déjà fait, c’était mauvais !) Dommage que cette étape soit en principe soumise à confidentialité.... 
Tout ça pour dire que si vous vous êtes déjà prêté au jeu de monter sur les planches, alors vous savez sûrement qu’une bonne improvisation, ça se prépare. 

L’entretien, c’est aussi un exercice difficile. Il l’est d’ailleurs de plus en plus, car les dimensions qui y sont évaluées sont de plus en plus nombreuses. Et la tendance porte les recruteurs à approfondir la question de vos soft skills. Il devient donc impossible pour vous de faire l’impasse dessus. 

Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle, les méthodes d’évaluations des soft skills en entretien sont encore peu uniformisées, et qu’un nombre important des recruteurs que vous allez rencontrer feront de gros raccourcis à partir des résultats des tests qu’ils vous demanderont de passer : “Je vois sur vos tests que vous n’êtes pas du tout méthodique” ou bien “L’inventivité ce n’est pas vraiment votre truc”... Le genre de réflexion qui fait toujours plaisir. 
Et encore, estimez-vous heureux, car ainsi le recruteur évoque le sujet. Il peut aussi garder cela pour lui et ne même pas vous donner l’occasion de présenter vos arguments. 

Alors là encore, prenez les devants ! 

En prenant l’initiative de passer des tests en amont et de vous faire expliquer les résultats par un professionnel, vous saurez identifier les raccourcis qu’ils pourraient susciter, et pourrez les désamorcer lors de votre présentation. 

→ Pour contrer une remarque sur l’absence de méthode, mettez en avant la force opposée : vous n’avez pas de méthode universelle pour affronter chaque situation car, de nature intuitive, vous êtes capable d’élaborer une nouvelle méthode de travail face à chacun des obstacles rencontrés, et savez garder une agilité forte pour vous adapter. 

→ Ce n’est pas que vous manquez d’inventivité, c’est plutôt que vous avez d’abord à coeur de consolider les best practices de l’entreprise, et surtout de les transmettre, car aucune entreprise ne saurait se développer en oubliant son passé. 

Croyez-en notre expérience, en opérant ainsi, vous rassurerez votre interlocuteur lors de l’échange, et plus encore, vous serez peut-être amené à lui faire envisager le poste qu’il cherche à pourvoir autrement ! 

Vous l’avez compris, un entretien basé sur les soft skills, ce n’est ni plus ni moins qu’un changement de régime, ça fait peur au début, mais après on se sent beaucoup mieux. 

Alors si vous voulez sauter le pas, n’hésitez plus, chez TASTE nos conseillers diététiques sont là pour vous aider, vous faire passer les tests, et vous en débriefer. 




 

Article de Rodéric Lochouarn.

La newsletter